Parrainage républicain

Le CARM et l’APARDAP (Association de Parrainage Républicain des Demandeurs d’Asile et de Protection) ont organisé une cérémonie de parrainage républicain le samedi 4 Mai 2019 à la Mairie de Saint-Jean-de-Vaulx en présence d’une centaine de personnes, de 2 maires et de la député.

La cérémonie a été suivie d’un pot de l’amitié.

Présentation du CARM lors de la cérémonie

Le collectif a débuté en mai 2016, suite à une exposition par Puits’art de bouteilles à la mer sur le thème de l’immigration. Face aux réactions et aux demandes sur « comment agir? »Une réunion publique est organisée.

Invité pour donner des pistes, le collectif d’accueil des réfugiés du Trièves (CART) a exposé son fonctionnement et le succès de leurs actions (100 adhérents en peu de temps) et le rôle primordial de l’ADA (Aide aux Demandeurs d’Asile qui accompagne depuis plus de 30 ans les demandeurs d’asile dans le labyrinthe des procédures administratives).

A l’issue de cette réunion, 15 personnes motivées, rassurées par l’appui de l’ADA et l’expérience du CART, décident de créer un collectif en Matheysine.

Le CARM a aujourd’hui  3 ans de fonctionnement, et a accueilli  pour 2000 nuitées des personnes venant de Guinée Conakry, Albanie, Kosovo, Syrie, Erythrée ; Il y a 140 adhérents, chacun participe à sa façon en :

  • Hébergeant  de manière régulière ou ponctuelle,
  • Accompagnant : des trajets vers Grenoble s’il n’y a pas de bus, ou  s’il faut une aide pour un dossier administratif, lors de la collecte de nourriture auprès de Beurrépinard et du Secours Populaire, de vêtements auprès d’Emmaüs …
  • Collectant des dons, mobilisant ses réseaux.

Chacun apporte sa goutte d’eau, c’est ça le CARM !

Des commerçants s’impliquent : don de vêtements, boîte en dépôt pour les dons et infos à la Belle Verte, pose d’affiches

Des élus s’impliquent et s’intéressent : en se proposant pour participer au parrainage à St Jean de Vaulx, en partageant avec le CARM, en donnant des subventions, en  mettant à disposition une salle, en mettant un article dans le journal communal, en participant à la réunion publique qui a réuni 200 personnes à St Honoré et plus récemment en mettant un appartement gracieusement à disposition du CARM comme l’a fait la mairie de La Motte d’Aveillans.

AGIR est une goutte d’eau, mais sur LE PLAN HUMAIN, c’est un OCEAN

Fonctionnement du CARM :

  • Trois administrateurs suivent et règlent les points particuliers (ex : suivi des besoins , gestion du quotidien, des situations urgentes ou nécessités administratives.
  • Des hébergements glissants: chaque accueilli regroupe autour de lui 5 hébergeurs, il « glisse » chaque quinzaine de l’un vers l’autre. Une charte d’accueil et d’utilisation des logements a été établie, chaque accueilli a aussi  2 référents pour un accompagnement renforcé et un suivi plus intime qu’à l’échelle du collectif.
  • Une réunion tous les 15 jours le mercredi à 20h à l’URM  pour s’informer et faire le point pour continuer à répondre aux besoins.
  •  Informer pour moins de préjugés, ou d’idées reçues : presse, témoignages dans les écoles, partage après un film ou lors d’une fête, réunion publique. Toute occasion est bonne pour parler et inviter à découvrir le CARM  (tracts sur le marché…)

Les dons servent  pour :

  • Les « coups de pouce » pour ceux qui n’ont pas encore leur Allocation de demandeur d’asile : en France, les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de travailler, ils reçoivent donc une allocation
  • Pour payer les billets de train pour se rendre à Paris aux convocations officielles
  •  Pour aider à l’aménagement et au règlement des frais liés à un  logement attribué par l’état (fournitures, caution, etc)

Les dons sont déductibles des impôts car le CARM est reconnu d’intérêt général.

Les « accueillis » agissent et s’intègrent

Mohamed disait : « je suis à la retraite à  23 ans puisque je ne peux pas travailler. On n’est pas venu pour se faire assister !  J’ai envie d’agir, de me rendre utile, faire valoir mes dons »……………..et ils ont su trouver de nombreuses  occasions pour prendre part à leur nouvelle vie :

  • A CAFES comme adhérents, ils apprennent le français, l’informatique, la couture et rendent service;
  • Avec les Montagn’arts, comme bénévoles,  ils installent les stands, participent à la fête, font des gâteaux, …
  • Au cinéma- théâtre et pour les associations ils préparent des repas ;
  • Avec l’URM et Puits’art comme bénévoles, ils participent au chantier d’été de rénovation de la chapelle ;
  • Avec l’école, ils accompagnent les sorties scolaires (piscine, médiathèque, …)
  • Avec le sou des écoles ils vendent des brioches, organisent la kermesse, donnent un soutien en anglais.
  • A la Motte d’Aveillans, ils rénovent l’appartement mis à disposition du CARM par la mairie ;
  • Ils aident au déménagement du magasin La Belle Verte
  • Avec les matheysins, ils participent aux repas partagés pour rencontrer aussi des jeunes ; ils rendent service : s’occuper d’une personne handicapée, ranger du bois, repeindre un local …
  • Ils ont fait un logo pour pour le restaurant d’un jeune cuisinier, pour remercier pour ce que d’autres ont fait pour eux
  • Auprès des établissements scolaires, ils témoignent avec  courage  et exposent les vraies raisons de leur exil et ainsi aident les jeunes à comprendre la réalité des migrations, bien loin de celle présentée par les médias.…

Et il y aurait encore 1000 exemples à citer…..

Ce parrainage est le symbole de ce que devrait être l’accueil en France aujourd’hui : La rencontre entre êtres humains, prêts à échanger, à se connaître et à se respecter. Prêts à œuvrer pour bâtir un avenir commun où chacun aura le droit fondamental de vivre en paix.